Le Progrès : "La guerre de l’énergie est déclarée"

jeudi 21 octobre 2010
par  webmestre

Toute la journée d’hier, le site de stockage de gaz d’Étrez a été paralysé par les manifestants contre la réforme des retraites. La distribution a été limitée mais, si elle était stoppée, tout le sud de la France serait privé de cette énergie

La crise qui touche l’approvisionnement en essence, tout le monde en parle, tout le monde est concerné à un degré plus ou moins important. Depuis vendredi, un simple trajet en voiture permet de voir qu’elle est bien là cette crise, fluctuante, avec une station fermée un jour, accessible le lendemain, avec pénurie de gazole le lundi, puis de sans-plomb 95 le lendemain ou inversement.

Mais, dans ce combat sur les retraites, le citoyen et surtout l’État, qui doit déjà faire front avec les débordements de certains lycéens, les manifestations records dans les rues et cette fameuse pénurie de carburant, doivent désormais également suivre ce qui se passe chez nous. Moins médiatiquement. En souterrain. On sait que dans le sous-sol bressan, à Étrez plus spécialement, des cavités vidées de leur sel et sous 600 mètres de glaise, permettent le stockage de gaz. Ces sites sont remplis de gaz à l’automne et cela permet de subvenir au chauffage pendant les rigueurs de l’hiver.

Ce matin, avec le moins cinq annoncé jusqu’en plaine, ce gaz servira à chauffer les foyers, à faire tourner les entreprises. Du moins si les « gaziers » ne s’y opposent pas. Et c’est ce qui menace depuis mardi dernier puisque le site d’Étrez est bloqué pendant une heure au petit matin. Hier, les grévistes sont passés à la vitesse supérieure, épaulés par des militants de base, des gens de Sud. Une soixantaine de personnes a, toute la journée, empêché toute activité.

Un casse-croûte royal, une sono, bref, les gaziers, la CGT expliquaient clairement qu’il fallait maintenant compter sur eux. Avec les autres sites de stockage de l’Hexagone, ils envisagent de bloquer la distribution du gaz. « Nous voulons d’abord toucher les clients identifiables » expliquait hier Guillaume Bonne, le délégué CGT. « Les clients identifiables », ce sont les gros clients, les entreprises. Et ceci, pour éviter de faire subir la chose aux simples citoyens. Bref, après consultation nationale avec les autres plateformes de stockage et leur direction, le site d’Étrez est resté bloqué toute la journée autour d’un barbecue, avec « seulement » une baisse de la distribution. Qu’en sera-t-il aujourd’hui ? Mystère… Les gaziers devraient une nouvelle fois bloquer le site au petit matin, avec la menace, toujours présente, d’une fermeture totale de la distribution. Le sud de la France en subirait alors les conséquences, mais les gens de l’Ain peuvent aussi s’inquiéter : leur sort dépendra également d’autres sites de stockages de l’Hexagone. Or, hier, on parlait aussi de blocages moins importants, à Montrevel ou Oyonnax.

Olivier Leroy
http://www.leprogres.fr/fr/region/l-ain/ain/article/4009691/La-guerre-de-l-energie-est-declaree.html

Stockage de gaz à Etrez : le blocage stratégique s’amplifie

Alors qu’elle était déjà passée de 450 000 à 260 000 m3, la distribution de gaz a encore été abaissée à 50 000 m3. Le blocage du site vise en particulier les grosses entreprises du sud de la France et notamment le couloir de la chimie.

Par sécurité, les gendarmes sont présents sur les lieux même si l’ambiance sur place ne laisse pas apparaître de signes de tension. En France les deux autres sites de stockage de gaz ne sont plus en mesure d’alimenter suffisament ces entreprises puisque l’un d’eux est fermé et l’autre tourne au ralenti. De fait, la distributiion de gaz depuis le site d’Etrez prend un intérêt stratégique.

http://www.leprogres.fr/fr/region/l-ain/ain/article/4010016/Stockage-de-gaz-a-Etrez-le-blocage-strategique-s-amplifie.html



Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois