Réponses de parents d’élèves à la lettre du proviseur

jeudi 21 octobre 2010
par  webmestre

Suite aux courriers - tous à peu près identiques - envoyés par les proviseurs aux parents d’élèves de beaucoup de lycées à la demande du ministère (voir cet article), voici la réponse d’un parent d’élève :


M. le Proviseur,

Vous avez bien voulu m’aviser des instructions de votre tutelle, ce dont je vous remercie.Toutefois, n’étant pas à titre personnel et contrairement à vous-même mis sous tutelle, je dispose d’une certaine liberté d’action dans la manière dont j’entends élever mes enfants sans avoir à en référer à vous-même ni à quelqu’un d’autre. Aussi, je vous prierai de bien vouloir à l’avenir vous abstenir de toute ingérence dans nos relations inter-familiales que j’entends établir avec le plus grand soin, et en particulier sur les droits de sortie, de jour comme de nuit, en semaine comme en week-end. Si vous voulez en outre connaître le fond de ma pensée sur le problème que soulève votre tutelle, je dirais que le principal obstacle au droit à l’éducation me parait plutot relever des coupes drastiques opérées ces dernières années dans les moyens financiers et humains des écoles aboutissant à la fermeture de certaines classes, à la suppression de certains enseignements, au renoncement à la formation approfondie des personnels au profit d’une formation sur le tas en l’absence de tout apprentissage préalable de la pédagogie.

Je vous prie de croire M. le Proviseur, etc...etc...

signé : un parent d’élèves qui se déclare capable majeur.

Source : http://www.mediapart.fr/club/blog/greve-generale/151010/la-voix-de-son-maitre-0#comments


Autre réponse :

Monsieur le principal,

Vous m’informez de votre souci de garantir la sécurité des personnes et des biens dans votre établissement, dans le climat présent de manifestations de lycéens et de collégiens.

Je partage bien évidemment ce souci, avec deux enfants dans votre établissement.

Mais vous parlez aussi de « liberté de travailler et d’enseigner ».

Je me permets de vous rappeler que, l’an dernier, pendant de longues semaines, les élèves du collège Saint-Exupéry n’ont pas pu apprendre le Français du fait du non-remplacement d’un professeur dont l’absence était plus que prévisible puisqu’il s’agissait d’un congé maternité. Ils ont alors été privés de la « liberté de travailler » sans que les autorités académiques ne semblent véritablement s’en préoccuper, en tout cas sans qu’elles soient en mesure de trouver une solution.

Ces derniers temps, les absences non remplacées se sont multipliées dans les établissements d’enseignement publics du fait d’une politique délibérée d’un gouvernement qui n’a que faire de la « liberté de travailler et d’enseigner », qui déstructure l’ensemble des services publics pour permettre à quelques-uns de ses amis, voire à des membres de la famille présidentielle, de faire toujours plus de profits. Je suis bien d’accord avec vous : nous ne pouvons que condamner fermement des pratiques non démocratiques et illégales de groupes qui tentent d’empêcher d’étudier et de travailler les élèves et les professeurs qui souhaitent le faire. Ce d’autant plus que ces groupes siègent au gouvernement ou dans ses allées et sont supposés incarner la légalité républicaine.

En face d’un gouvernement qui ne respecte ni les élèves, ni leurs enseignants, ni le savoir, ni les chercheurs, ni la science, ni la culture, ni les citoyens, j’approuve pour ma part toute forme d’action susceptible de faire reculer avec efficacité, pour le moins sur le terrain de la réforme des retraites, la formidable régression sociale dont nous sommes actuellement tous victimes, des plus vieux aux plus jeunes. Cela me semble une nécessité pour la défense même de l’éducation républicaine : je n’ai pas envie de voir mes petits enfants dans l’obligation de pousser les chaises roulantes de leurs vieux professeurs !

La légalité républicaine, quant à elle, s’est construite lors d’évènements particuliers dont on apprend les dates en Histoire : 1789, 1793, 1830, 1848, 1870, 1936, 1945… événements où une ancienne forme de légalité est devenue illégitime de par la volonté populaire. Évènements auxquels ont participé des jeunes gens, par exemple, un certain Guy Moquet, résistant à 16 ans.

Ayant fait grève en 1968, alors que j’étais en classe de 5e, ayant même participé au comité d’occupation de mon lycée à cette occasion, je me sens plutôt mal placé pour faire soi-disant « entendre raison » à des élèves qui ne voudraient pas aller en classe dans le strict cadre du mouvement actuel !

Pour ma part, j’ai une autre conception de la raison. Si la sécurité des élèves et des biens est réellement menacée dans votre établissement, alors la raison impose la fermeture du collège. Si le collège est fermé pour des raisons de sécurité, je le comprendrais, j’approuverais cette décision, et prendrais mes dispositions pour que mes enfants restent en sécurité à mon domicile. Par contre, si mes enfants venaient à être victimes de débordements ou de violences, c’est en premier lieu au gouvernement et à ceux qui exécutent ses ordres sans discernement et en dépit de la sécurité des élèves que j’en tiendrais fermement rigueur.

Vous comprendrez donc que je ne peux répondre favorablement à votre appel dans les termes où il est rédigé.

Si le climat venait à se dégrader, la seule solution que je pourrais approuver est la fermeture de l’établissement pour raison de sécurité, je n’en vois aucune autre.

Ce dans le plus grand respect de votre fonction, et dans la compréhension des responsabilités qui sont les vôtres et des difficultés qu’il peut y avoir à les assumer dans le climat présent, dont le gouvernement porte la plus entière responsabilité. Soyez assuré de mon attachement tout aussi indéfectible aux principes républicains de liberté, de démocratie et de laïcité, qui, pour moi, ne sont pas un vain mot à agiter quand un pouvoir est menacé, mais une conscience du fait que l’histoire de la République est une histoire souvent marquée par une résistance forte aux abus du pouvoir.

Bien cordialement.

Source : http://www.mediapart.fr/club/edition/les-invites-de-mediapart/article/201010/ceux-qui-veulent-casser-le-mouvement-lyceen#comments



Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois